Nos Symboles

L’Églantine la fleur symbole du Groupe

L’Églantine "L’Églantino"

L’Églantino do Lemouzi a comme symbole "l'églantine", la fleur "rose sauvage" de l'églantier. Un arbrisseau, rustique et vivace, à feuillage vert, dont les tiges sont pourvues d'épines dures, telles des ronces... Haut de 2 à 3 mètres, on le trouve dans notre beau Limousin. L’églantier ou rosier des chiens "Rosa canina", plante sauvage bordant les sentiers, formant des haies sauvages... sa floraison est d'avril à juin. Ses fleurs de couleur blanche, rose ou rouge, sont des petites roses...le fruit de la taille et de la forme d'une olivette est rouge vif...

A partir de tiges d'églantier de l'année, enracinées et récoltées en période hivernale, vous pouvez greffer des rosiers. C'est un excellent support pour des rosiers de jardin sur tige haute. Le fruit a des vertus médicinales et des qualités nutritives... vous le connaissez tous : il est appelé communément poil à gratter et péjorativement "le gratte c.."

Avant le 19ème siècle, après et même aujourd'hui, l'églantine est considérée comme l'une des plus belles fleurs des buissons. De ce fait elle était aussi la belle rose sauvage de nos  braves paysans et belles bergères d'autrefois, de notre campagne limousine...

"Pourquoi les fondateurs avaient-ils choisi ce symbole de l'églantine ? Parce que cette rose sauvage ("sans épine", dit la chanson) si pure, si poétique et si belle, est éternelle, car pour chaque rameau qui sèche et se meurt, un autre renaît..." L’Églantino serait-elle éternelle ?

Sources : archives du groupe et transmission orale des plus anciens

 J@MGN

 

Les banières de l'Eglantino

Histoire de bannières

La bannière désigne un drapeau rectangulaire, armorié, attaché à une hampe. Elle était le privilège des seigneurs... Le roi, lorsqu’il était à la tête de ses troupes, se faisait précéder de la bannière royale. Les bannières des Églises et des abbayes furent longtemps semblables ...

Les communes eurent leurs bannières, les paroisses, les confréries, les corporations, les quartiers des villes se distinguèrent par des bannières différentes, si bien que dans certaines villes le mot "bannière" finit par devenir synonyme du quartier ou d'une corporation. Depuis le clergé, les confréries, les corporations et les sociétés ont seules conservé l’usage de la bannière. Les sociétés musicales et les groupes folkloriques notamment, ont chacun leur bannière à laquelle on suspend les médailles et autres signes de distinction obtenues dans les concours ou festivals...Les délégations Olympiques sont aussi précédées par une bannière, elles arborent le drapeau national de leur pays...

Source : ci-dessus texte extrait de la Grande Encyclopédie.

Pour ce qui concerne l’Églantino do Lemouzi, plusieurs bannières ont été réalisées, la toute première, était de petite taille, réalisée entièrement à la main par Marguerite Ségue et Edith Colombier, sur un drap de lin elle représentait une fleur "l'églantine"... La deuxième plus grande, sur drap de soie blanche, brodée aux fils d'or, représentait les armoiries de Limoges "Saint Martial" et la fleur "l'églantine". Celle-ci a été réalisée sous la présidence de Pierre Guillot, elle lui a été remise très officiellement lors du 25ème anniversaire du Groupe, le 11 octobre 1958, dans le hall de l'Hôtel de Ville par Louis Longequeue, Maire de Limoges. (cf.: page histoire du groupe).

La troisième, celle d'aujourd'hui, est portée sur une hampe et dans son baudrier par notre ami Michel Germain. Elle est réalisée dans un drap de soie blanche et brodées en fils d'or. Elle porte les armoiries de Limoges (Saint Martial) et celle de la Région Limousin (blason aux bordures gueules et hermines noires sur fond blanc), et la  fleur "l'églantine" rappelle le nom et les couleurs du groupe. Elle a été mise en place sous la présidence de Robert Peyrot, à l'initiative de Laurent Georges, elle a été confectionnée par les services du Maitre tailleur du 15ème BT de la caserne Marceau à Limoges (87)...

La bannière précède et identifie toujours le groupe, elle est aussi le guide et le point de ralliement des ménétriers, danseurs et autres suiveurs, l’Églantino do Lemouzi n'échappe pas à cette règle identitaire et moyenâgeuse...  

Sources : La Grande Encyclopédie et les recherches de Laurent Georges et Jacques Maugein

J@MGN

Notre Blason

Les connaissez-vous ?

Les armoiries de l’Églantino do Lemouzi ont été dessinées et réalisées en son temps par Georges Couty, fils d'Henri, dans les années 80 pour le cinquantenaire du Groupe...  Elles sont représentées au travers d'un magnifique blason, représentant parfaitement le groupe et les traditions populaires limousines. Écu dont la bordure est un trait épais "gueules" (rouge), avec un fond "carnation" (chair), où se dessinent cinq hermines "la pureté" rappelant celles de Bretagne et du Limousin. En son centre il porte cinq pétales rouges "la vie" d'une fleur d'églantier au cœur noir "le respect, l'humilité", le tout posé sur cinq feuilles vertes "l'espérance", l'églantine, la rose sauvage "l'amour"... Dans les quatre coins, nous retrouvons le folklore, coiffes et instruments. Sur le haut à gauche, le feutre, chapeau noir aux larges bords "l'élégance" et la cocarde bis-colore "appartenance" des garçons... A droite, la belle coiffe blanche "la pureté" limousine, le barbichet, de mousseline et dentelle, avec son nœud de soie brochée "richesse"... Sur la partie basse, à gauche une vielle à roue "le temps qui passe" et à droite, de la famille des cornemuses, une chabrette "force, douceur et tradition", à corde et à vent, les instruments de base du folklore limousin... Le présent blason, dans sa forme et ses couleurs, a été le support d'objets de promotion de l'Eglantino do Lemouzi.

Les mots "..." sont de l'héraldique ou des symboliques ou encore des évocations... Si le dessin et le concept du logo sont de Georges Couty, le texte "lui" est de la pure imagination de son auteur Jacques Maugein .

J@MGN

La Cocarde

Les hommes à la révolution ou lors de leur conscription et encore de nos jours, arborent une cocarde. Celle-ci identifie l’appartenance à un groupe, un village, une classe, une confrérie... Celle de l’Églantino do Lemouzi est bicolore "verte et rouge", aux couleurs de l'églantine. Le vert de l’espérance et le rouge de la vie, ces couleurs sont aussi celles du bocage limousin, rappelant la verte forêt, les châtaigneraies et les prairies verdoyantes où pâturent les belles limousines à la robe rouge...

J@MGN

Les Armoiries de Limoges "Saint Martial"

Les Armoiries de Limoges

Le Groupe limousin, avec fierté et dignité, sur sa bannière de soie blanche aux lettres brodées de fils d'or, arbore et porte haut les armoiries de son fief d'origine, depuis 1933, de Limoges, la ville des arts du feux (des émaux et de la porcelaine)...

Les armoiries de Limoges se blasonnent : de gueules au chef de Saint Martial d'argent, habillé et nimbé d'or, accosté des lettres onciales, S à dextre, M à senestre, du même; au chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or. Source iconographique : Encyclopédie Hachette en-ligne

Martial de Limoges ou Saint-Martial (3° siècle), également appelé "l’apôtre des Gaules" ou "lapôtre d'Aquitaine" est le 1er Évêque de Limoges... Fondateur de l'Église d'Aquitaine, il est le saint patron éponyme de multiples villes, villages et lieux de cultes catholiques, dont le plus renommé est  l'abbaye St-Martial de Limoges. Invoqué à Limoges à l’occasion du mal des ardents durant les ostensions de l’an 994, Martial obtient l'apostolicité par l'action du prédicateur Adémar de Chabannes, lors des conciles de Limoges de 1029 et 1031... Son culte reste aussi très populaire en Limousin...Source Internet wikipedia.org

J@MGN