Nos Instruments

Nos instruments traditionnels

La présentation faite ici reste succincte, est réalisée par l'un des ménétriers de l’Églantino do Lemouzi. Les instruments de musique décrits ci-après, à cordes ou à vent sont utilisés au sein du Groupe pour produire la musique traditionnelle et populaire du Limousin.

Les Ménétriers de l'Eglantino

La Vielle à roue

La vielle à roue apparaît au moyen âge, dès le 9° siècle, soit un siècle après la manivelle. C'est au 12° siècle que l'on trouve un instrument à trois cordes, que l'on nomme "organistrum"... A la fin du 17e siècle, un luthier monte des mécanismes de vielle sur un corps de luth. Cela donne à l'instrument une tonalité différente et des formes arrondies ... Ce n'est qu'au 19° siècle que la vielle est associée à la tradition populaire régionale, surtout en Bourbonnais où elle est fabriquée, puis elle trouve sa place au sein des groupes folkloriques du Limousin et de l’Églantino do Lemouzi et d'ailleurs... On appelle "Vielleux" le ménétrier jouant de la vielle...

 

 

Le Violon

Au 16° siècle, violes et violons sont proches. Le violon est un instrument dit à cordes. Son aïeul est l'arc musical, auquel on a rajouté une caisse son. Les cordes frottées vibrent sous le passage de l'archet. En Limousin, en particulier, de nombreux musiciens composent et exécutent leurs œuvres personnelles. De "Ménestrels" ils changeront de dénomination, ils deviendront les "Ménétriers". Ceux-ci se montraient et jouaient surtout lors des marchés, des foires, des fêtes de villages et des mariages... Le joueurs de violon s'appelle plus communément, à l'époque et même encore, du doux nom de "Violoneux".

Le violon devient alors "le trône de roi des instruments"

La forme du violon, que nous connaissons, rappelle le célèbre "Stradivarius".

L'Accordéon

Il semblerait que l'ancêtre de l'accordéon ait vu de jour en Chine (3000 ans avant Jésus Christ) et qu'il se nommait : "orgue à bouche"... Aujourd'hui les Ménétriers de l’Églantino do Lemouzi utilisent et jouent des deux sortes d'accordéons : "diatonique" et "chromatique".

L'accordéon "diatonique"

Le diatonique (ou à double effet) pour simplifier, en tirant sur le soufflet et en poussant on obtient deux notes différentes...

L'arrivée de l'anche de métal engendre de nouveaux instruments. C'est vers 1830 qu'un autrichien fabrique "l'Accordion", portatif et à plusieurs sonorités. Rustique et rudimentaire à la fois, composé d'une petite caisse où sont fixées de fines et souples lamelles métalliques et d'un soufflet. Au début, il est équipé de 5 touches laissant entendre chacune deux accords différents, à l'ouverture et à la fermeture du soufflet "tirez-poussez". On peut interpréter, chansons, mélodies, marches connues, tout en fredonnant l'air, mais souvent en ignorant la "musique"... C'est à l'époque dite "romantique", que l'accordéon va alors conquérir la bourgeoisie...

L'accordéon diatonique que nous connaissons aujourd'hui, se démocratise dès 1860 et se propage dans tout le territoire et plus particulièrement en Limousin, où un grand nombre de groupes folkloriques l'utilisent comme l'instrument de base, l’Églantino do Lemouzi en est...

L'accordéon chromatique

L'accordéon chromatique, plus moderne et plus facile à manier, est utilisé dans toutes les contrées de France et plus particulièrement en Limousin.

A boutons, il découle d'améliorations apportées avec le temps, les innovations des fabricants et les idées des musiciens. C'est donc vers 1900 qu'apparaît le chromatique, la fin du tirez-poussez pour l'uni-sonore (où la note d'une touche est unique). Le clavier chant est organisé sur trois ou quatre rangées, le clavier d'accompagnement, basses et accords, lui a moins de touches. Ainsi l'accordéon chromatique peut jouer dans toutes les tonalités. Différentes organisations de claviers existent depuis et encore de nos jours...L'accordéon dit "piano" est aujourd'hui  celui le plus vendu et joué à travers le monde.

C'est au début du 20° siècle que l'accordéon fidélise les adeptes des bals-musette (les auvergnats de Paris et les classes populaires)... Il fait partie du folklore limousin... A force de répétitions, les ménétriers de l"Églantino do Lemouzi le manient avec une grande dextérité et beaucoup de justesse...

Les Cornemuses

De la famille des cornemuses, la Cabrette "Auvergnate" et la Chabrette "Limousine" sont utilisées par les ménétriers au sein des groupes de musique traditionnelle et populaire du Massif central, l’Églantino do Lemouzi n'échappe pas à la règle...

La Cabrette et Chabrette

La Cabrette et la Chabrette sont de la famille des cornemuses.  La première du Massif Central est surtout utilisée en Auvergne, de part la migration des auvergnats de Paris "bougnats", elle est équipée d'un soufflet, celui-ci est actionné par le coude du ménétrier.

Comme nous la connaissons, des années 1830-1850, elle se compose d'une outre en peau de chèvre recouverte de velours d'une couleur vive, réserve d'air pour jouer sans discontinuer... d'un pied en trois parties, un boitier de liaison avec le sac, un hautbois pour la mélodie et un tuyau dit d'accompagnement nommé "bourdon". Et du soufflet attaché à la taille par une ceinture et activé par le coude du ménétrier.

La cabrette à soufflet dite "auvergnate" existe à bouche elle s'appelle alors chabrette "limousine" où il faut souffler pour activer le hautbois. Cette dernière est pratiquement utilisée, comme son nom l'indique, dans le seul Limousin, elle est emblématique du 19°siècle...

Les "Bougnats" exilés à Paris pour le travail (ramoneurs, charbonniers, limonadiers, charcutiers, aubergistes...) rapportent au pays des volcans, de la musique et des danses... Si les airs restent quasiment identiques, le style peut-être changeant d'un canton, d'un village à l'autre, tout en étant issue d'une mode parisienne. Le Limousin n'échappe pas à cette influence d'inspiration folklorique et l’Églantino do Lemouzi n'est pas en reste avec ses deux cabrettaires, à soufflet  pour Henri et à bouche pour Jean...

Le Pipeau

Le "pipeau" est une petite flûte utilisée par les ménétriers et en particulier pour les bourrées limousines jouées par  l’Églantino do Lemouzi.

La petite flûte instrument à vent de la famille des bois,  elle est de différentes tailles. La petite flûte appelée aussi pipeau comporte plusieurs trous, dont un est actionné avec le pouce pour des octaves. Cet instrument apparaît dans cette forme droite, à partir du 14° siècle et très certainement bien avant. Leur réalisation est souvent faite par les joueurs eux-mêmes, qu'ils soient troubadours, ménestrels, ménétriers et même paysans, bergers, etc. Très populaire au début du 20°siècle... Souvenons-nous du pipeau en bois de sureau ou de bambou, fabriqué à la campagne par le pépé pour ses petits enfants lors des vacances...rudimentaire avec deux ou trois trous... ça fonctionnait...

 

Conclusion

L'ensemble de ces instruments de musique utilisés à l'unisson, parfois en solo ou duo, avec des variations qui font que l'ensemble des Ménétriers de l’Églantino do Lemouzi propose une palette variée de musique traditionnelle. Une légère touche personnelle influence les différents airs et danses limousines ! Bourrées, marches, mazurkas, polkas, scottishs, valses...

La rédaction des articles relatifs aux instruments de l’Églantino do Lemouzi a été réalisée à partir des connaissances et documents de Marcel YZERD, Vice-président, ménétrier et chef de chœur, au sein du Groupe depuis de très nombreuses années, avec la participation et la  contribution de Jacques MAUGEIN, danseur, à l’Églantino do Lemouzi. Quelques précisions ont été apportées à la lecture de nombreux articles référencés sur Google et relatifs aux instruments.

J@MGN